Archives pour la catégorie Uncategorized

« Poupées Noires » de Mirtho Linguet, aux Etats-Unis

Fruit de recherches et de réflexions sur le problème du racisme, la série photographique de Mirtho Linguet « Poupées Noires » invite à « s’interroger sur ce problème qui dans ses effets amène les individus à se maltraiter du fait de l’apparence que représente la couleur de peau ».
Le propos à portée universelle de Poupées Noires, a ainsi vocation à toucher tous les publics, bien au-delà des frontières amazoniennes.

Ainsi, « Poupées Noires » sera à Washington à partir du mois d’août jusqu’au mois d’octobre à la Galerie Vivid au cœur du quartier emblématique d’Anacostia.

Puis, en novembre, la présentation de Poupées Noires est proposée dans le cadre du festival international Fotoweek DC qui depuis dix ans, accueille chaque année à Washington plusieurs dizaines de milliers de visiteurs, et des centaines d’œuvres et photographes des institutions les plus renommées de Washington et de l’étranger.
Compte tenu du contexte particulier que traversent les Etats-Unis sur les questions identitaires et raciales, l’exposition de la série Poupées Noires aux Etats-Unis, apporte un enrichissement qui a suscité le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication et la collaboration de l’Ambassade de France à Washington et
désormais, l’intérêt d’une galerie d’art et d’un festival international

Le poème Limbé de Léon Gontran Damas a inspiré Mirtho Linguet pour le titre de la série photographique

 

IMG-20170106-WA0017Le propos de Poupées Noires n’invite pas à la contemplation : il s’agit d’une esthétique d’investigation.
Votre engagement et votre soutien, signifient l’engagement dans un processus de production réelle de justice.

Découvrez plus d’infos sur le site de Poupées Noires

Biographie de l’artiste Mirtho LINGUET :

Après des études Universitaire en Guyane, il entame une formation à l’école de photographie MI21 à Montreuil en 1993. En 1998, il s’installe à Zurich en Suisse. Durant 8 années, il travaille pour les magazines de mode (Edelweiss, Annabelle, GQ, Bolero, Joy, Vogue, FHM, Madame Figaro, Cosmopolitan, The A, ADDICT, Néo 2…) et pour des agences de publicité. En 1996, il a été lauréat  des Journées internationales de la photographie (JIP) à Arles et participa l’année suivante aux Rencontres internationales de la photographie et de la mode à Hyères. Il est allé à une résidence à Point Ephémère à Paris, suivie d’une résidence de trois mois à l’École Nationale Supérieure d’Art à Dijon, en France. Mirtho Linguet travaille actuellement et réside en Guyane française.

Crédits Photo Couverture : Mirtho Linguet

Edition : Agence Focus – l’art communique

 

Publicités

Pôlôlôk

A l’occasion du 20ème anniversaire de l’Association guyanaise d’edition (A.G.E), pendant trois jours (du 23 au 25 avril), s’est tenu la première édition du PÔLÔLÔK, Salon du livre guyanais. Fort de rencontres autour du livre guyanais, ses auteurs, ses genres et son histoire, une large place  y est faite aux scolaires : plus d’un millier venu de toute la Guyane s’est réuni au Campus Universitaire de Cayenne, en concluant le Pôlôlôk par le Concours d’écriture, où plus de 200 textes écrits par les jeunes étaient en compétition .

Pôlôlôk est un mot créole d’origine amérindienne qui désigne un tourbillon, une vague sur un fleuve. C’est une onomatopée qui reproduit le claquement des flots contre le canot ou sur les rives.

Au Brésil, on nomme pororoca le mascaret, la grande vague qui remonte l’embouchure de l’Amazone à contre-courant chaque année, au moment des équinoxes.
pololok logo url
Du littoral vers le pays profond, à contre-courant des grands fleuves, c’est le chemin tracé par les Nèg maron que l’ AGE propose ainsi de retrouver, en puisant dans notre patrimoine culturel et ancestral des repères pour la société guyanaise d’aujourd’hui.

Au programme : des échanges avec des écrivains, des ateliers de slam et d’écriture, des stands, des représentations théâtrales, des table-rondes.

Les ateliers ont réuni des élèves des écoles et collèges, auprès d’auteurs et de professeurs de littérature ainsi que des professionnels de la dramaturgie et du conte.

Un programme éducatif collaboratif et participatif,  au-delà de Cayenne

L’Association guyanaise d’édition a lancé une campagne de financement participatif pour financer l’accueil des jeunes de l’Ouest, et distribuer des centaines de bons d’achat aux élèves participants afin qu’ils choisissent des livres.

Les participants venaient en effet des établissements scolaires de l’Ile de Cayenne mais aussi de l’Ouest guyanais. Ainsi, plusieurs centaines d’entre eux ont été accueilli dans les centres d’hébergement mis à disposition par les partenaires.

Véritable programme à vocation pédagogique, le Pôlôlôk met en oeuvre la collaboration d’équipes pédagogiques, de professionnels de la littérature, du monde associatif et les jeunes, dans une démarche inclusive : par les travaux d’écriture, ils explorent les techniques littéraires et le livre, par le travail en groupe et l’exercice pédagogique, ils parviennent aussi à transcrire et partager leur quotidien et leurs appréhensions. Par le concours et la rencontre en un lieu unique, à l’issue de ces semaines de travaux, de dialogues et de découverte, ils vivent l’émulation et la stimulation issues d’un rapport sain et enrichissant aux autres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elie STEPHENSON, président de l'AGE, clôture le Pôlôlôk... sous la clameur enthousiaste des jeunes.
Elie STEPHENSON, président de l’AGE, clôture le Pôlôlôk… sous la clameur enthousiaste des jeunes.

Lors de la plénière de clôture, pendant trois heures, le défilé des lauréats, les lectures de texte et les interventions des auteurs et organisateurs, ne furent jamais interrompus par des bavardages ou des sonneries téléphoniques. Une attention qui s’est conclu par un chant, une onomatopée, quand Elie STEPHENSON a clôturé la cérémonie par une explication presqu’onirique du terme Pôlôlôk…dont la sonorité retentit dans l’amphithéâtre… L’écho du chant des jeunes, enthousiastes, heureux de leur aventure, la vague qui rafraichit la pensée, à contre-courant des clichés.

Pôlôlôk…

 

 

Fala Mizik Spécial Damas – Vendredi 30 Novembre 2012

L’AGE propose tous les trimestres une soirée poétique et littéraire: Fala Mizik.

Autour d’un dîner, le public rencontre la littérature guyanaise, à travers lectures, intermèdes musicaux, et chorégraphies, pour un moment convivial et détendu.

 A l’occasion du centenaire de la naissance de Léon-Gontran DAMAS, la quatrième édition propose une veillée de contes en musique :

Vendredi 30 novembre 2012

A la Maison de l’Education Route de Montabo – Chemin Sadecki

après la Cité HORTH à CAYENNE

 à partir de 19h30 (dîner à 21h et fin de soirée à 23h).

   

Il s’agit d’une veillée contes, Le spectacle s’opère au centre du carbet, le public étant assis en demi-cercle.

La mise en scène répond à un déroulement en poupées gigognes. L’ensemble relève d’une atmosphère et d’une unité scénographique sur fond de contes de DAMAS avec une continuité du conte en général.

La scénographie se déploie sur 3 tableaux. Chaque tableau présente un conte, joué par des groupes successifs, suivi d’une transition de chants en hommage à DAMAS ou montages poétiques, avec l’animation du conteur « révéyô ».

 

De nombreux groupes participent à ce spectacle unique en hommage à Léon Gontran Damas :

WAPA,

AMAZON’TANBOU,

COUNANNAN GREZILIA,

Roger VAÏTI et ses jeunes,

La MALMANOURIENNE,

L’ASSALD

et Edmard Pauillac.

 

A  l’occasion de cette soirée, comme à chaque édition, seront aussi proposés des ouvrages , notamment les deux derniers livres sortis pour la rentrée littéraire :

DEMAIN C’EST NOUS, de Keita STEPHENSON

FENETRE SUR CŒUR, de Michel COME.

 

Tarifs (dîner compris) :

Individuel : 20€ — Couples: 30€ —- Etudiants : 15€  —  Scolaires 10€

Tickets en vente sur place ou par réservation (recommandé) au 06 94 26 52 26.

Sinaldo : un projet pédagogique et interculturel

Dans une Guyane en mutation depuis plusieurs décennies, le projet « Sinaldo » tend à rappeler des valeurs fondamentales tirées du patrimoine guyanais, pour l’enrichissement de la société dans toute sa diversité.

Il est donc résolument tourné vers la jeunesse qui, à partir de cette colonne vertébrale (sinaldo, en créole), trouvera le centre de gravité qui lui permettra de bâtir le monde de demain.

Le projet académique s’étend sur deux années scolaires. Durant l’année 2010-2011, 45 élèves ont travaillé dans le cadre des ateliers théâtre de trois établissements scolaires de l’Ile de Cayenne : le LP Lama-Prévot, le LP Max Joséphine, et le collège Rémire 2.

La pièce AGO TUKUSIPAN WADA, écrite pour le projet par le dramaturge Elie STEPHENSON, est une fresque sur l’histoire du peuplement de la Guyane de la période pré-colombienne à nos jours.

Cinq représentations de la pièce ont eu lieu en juin-juillet 2011 à Cayenne, Macouria et au Suriname. Une tournée dans les communes de Guyane est prévue pour l’année 2011-2012, ainsi qu’un autre voyage hors du département. La pièce a été traduite en hollandais, et le sera en portugais du Brésil pour une publication trilingue.

L’Association guyanaise d’édition (AGE) est porteur du projet dans le cadre d’une convention avec l’Académie de Guyane, suivie par la Déléguée académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle (DAAC, Mme Maryse MICHALON).

Le projet « Sinaldo » se veut à la fois profondément ancré dans l’imaginaire guyanais, et imprégné de l’esthétique théâtrale de la grande région Amérique du Sud – Caraïbe. Il est un « work in progress », un projet dynamique fondé sur une approche collaborative de création permanente

L’idée est de mettre en collaboration des intervenants culturels, pédagogiques et institutionnels des trois territoires Brésil, Guyane, Suriname. La transmission des savoirs, des histoires, des héritages culturels offre des références positives, et constructives  à la jeunesse de Guyane, faite d’une diversité liée à ses pays voisins.

Inter-établissements et interdisciplinaire, Sinaldo représente le défi de faire travailler ensemble enseignants et personnels d’éducation, actifs et retraités, de collège et de lycée, autour d’une œuvre écrite par un auteur guyanais vivant, en faisant intervenir des artistes reconnus dans leur spécialité, au service du travail de nos élèves.

Ce faisant, le théâtre, la mise en scène, sont des modes d’expression artistique partagés, et donc des véhicules propices à la créativité et au volontarisme, tant des acteurs institutionnels, pédagogiques et culturels que des jeunes qu’ils ont la charge d’orienter, d’accompagner, de soutenir concrètement et intellectuellement

Perspectives…

En 2005, l’Association a élargi ses activités.  Désormais, l’A.G.E se donne un champ d’action beaucoup plus dynamique.

 Elle organise des manifestations autour de la littérature (ex : soirées poétiques et musicales)

 Elle participe activement à des manifestations littéraires diverses (Salon du Livre de
Cayenne, Rentrées littéraires, promotion et vente d’ouvrages de littérature guyanaise et autre lors de foires et manifestations publiques dans le département).

Exposition Alchimie Project -Mirtho Linguet

 Elle réalise avec le photographe Mirto Linguet l’exposition Alchimie Project, présentée à
Paris dans le cadre de l’Année des Outre-mers, et qui a donné lieu à la parution d’un catalogue.

 Elle établit des liens avec des établissements scolaires, de l’Ouest notamment, et de l’Ile de Cayenne depuis deux ans. Son ambition étant d’éveiller l’intérêt des jeunes pour la littérature d’une manière générale et les écrivains guyanais en particulier. Cette démarche s’est concrétisée par la session d’ouvrages aux CDI et principalement par la création d’ateliers théâtres dans divers établissements scolaires à travers la préparation et la représentation d’oeuvres dramatiques.

Dans ce cadre, pour cette année scolaire et la prochaine, un projet académique intitulé Sinaldo a été élaboré avec deux lycées et un collège. Il s’agit d’une fresque théâtrale qui sera jouée à Cayenne, dans différentes communes de la Guyane, et chez nos voisins du Suriname et du Brésil pendant les vacances scolaires, puisqu’il s’agit d’accroître les échanges culturels au niveau de la Région conformément à la politique de coopération culturelle officielle.
Ce redéploiement de l’association à partir de 2005 s’appuie sur le constat suivant : les oeuvres intellectuelles sont d’une manière générale minorées dans notre société et la littérature, plus précisément, est traitée avec un certain dédain. On pourrait même parler – à l’extrême – de « vide littéraire » pour caractériser la situation actuelle (très peu de bibliothèques, aucune véritable émission autour de la littérature dans les médias audiovisuels, pas de rubrique littéraire dans les médias écrits, pas de clubs, de cercles de lectures…) La réflexion sur ce constat a amené la prise de conscience de l’existence d’un patrimoine littéraire et intellectuel de Guyane qu’il convient de mettre en valeur, de faire connaître aux différentes générations, de promouvoir et d’enrichir par tous les moyens possibles.

L’Association Guyanaise d’édition vous souhaite la bienvenue!

L’Association guyanaise d’édition, AGE, est une association loi 1901 à but non lucratif.

Elle a  pour objet l’édition de produits de toute nature sur multi-supports et l’organisation de tout type de manifestations autour de la littérature.

L’association se compose de membres actifs et de membres d’honneur. Sont membres actifs les personnes physiques ou morales, qui ont pris l’engagement de verser un droit d’entrée et une cotisation annuelle fixée par l’Assemblée Générale. Sont membres d’honneur les personnes nommées par le Conseil d’administration